Ce dimanche 27 septembre 2021, Eric Zemmour affirme au micro d’Europe 1 que « Vichy a protégé les juifs français et donné les juifs étrangers », une affirmation qu’il convient de rectifier.

Vichy est à l’initiative

Il faut d’abord se rappeler que d’après les accords établis lors de l’Armistice de 1940, l’Allemagne Nazie ne pouvait pas ordonner à la France de déporter les juifs sur son territoire. Cela signifie donc que la décision de la France de contribuer à la déportation des juifs a été prise par le régime de Vichy de son propre chef.

De plus, s’il est vrai que l’État Français n’a pas immédiatement collaboré au projet allemand, il a cependant établit très tôt un statut spécial pour les juifs sur son territoire, statut auquel il était impossible d’échapper car il reposait sur la généalogie et non pas sur la religion pratiquée. Ce statut qui leur interdit l’accès à toute une série de professions, en rapport avec la Fonction Publique et notamment dans le cinéma ou la presse n’avait jamais fait l’objet d’une demande de la part de l’Allemagne nazie nous rappelle l’historien français Serge Berstein, spécialiste du radicalisme en France et de la Troisième République. Ce statut sera aggravé en 1941 par une décision interdisant aux juifs la pratique de quasiment toutes les activités économiques les conduisant ainsi vers une pauvreté de masse inévitable.

Vichy avait, dès 1940, arrêté et interné nombre de juifs étrangers sur le sol national. Lorsque l’Allemagne demande à la France de lui livrer des juifs, la France formule la demande de pouvoir choisir ces derniers, nous apprend Laurent Joly, historien de la Shoah et directeur du centre de recherche du CNRS.

En connaissance de cause

Par ailleurs, Zemmour affirme que le Maréchal Pétain n’avait pas connaissance du projet allemand lors de la signature de l’Armistice en 1940. Il se peut, en effet, que cette affirmation soit exacte, il est beaucoup moins probable cependant que Pétain ignorait toujours le projet nazi lorsqu’il ordonne toutes les rafles et arrestations qui ponctuent sa gouvernance notamment après 1942 et 1943.

Il convient également de se souvenir que jamais plus de juifs français n’ont été livrés à l’Allemagne que lors de la Rafle du Vélodrome d’Hiver le 16 juillet 1942. Cette rafle ordonnée par Pierre Laval, a été accomplie par des policiers et gendarmes français mis à la disposition des officiers allemands sur ordre de leur gouvernement. Lors de la déportation, la France envoie en Allemagne 3 000 enfants juifs issus de parents étrangers mais bel et bien français. Ces enfants n’ont jamais fait partie des demandes de l’Allemagne et ont donc été transférés sur décision du régime de Vichy, appuient Laurent Joly et Serge Berstein.

Rôle majeur de la police française dans la déportation

Le rôle de la police française dans la déportation des juifs est majeur car le service de la Gestapo auquel revenait la mission de déporter les juifs de France ne comptait en réalité que 10 membres. Avec un effectif si restreint il était tout à fait impossible pour ces agents d’organiser la déportation. Cette mission n’a été possible qu’avec le soutien des policiers français de Vichy nous explique l’historien.

Ce dont Eric Zemmour ne parle jamais : c’est que l’État Français a refusé en 1943 d’organiser une nouvelle rafle demandée par les Allemands. S’il a été possible de refuser la demande allemande en 1943 alors le gouvernement de Vichy n’avait-il réellement d’autre choix que de commettre celle de 1942 ?

COURTOIS Arthur – GALIANO Enzo